Président Richie Lontulungu et le Vice-Président Trésor Bokondi ont effectués une visite d’assistance aux personnes vulnerables et vivants avec handicape à TESF dans le cadre du programme CCIAID qui est à sa deuxième action. Nos viseurs sont sur la RDC déjà, Notre Nation|Notre Vérité| Notre Heritage

Pour visionner la vidéo de l’action veillez cliquer sur le lien suivant CCIAID TESF2014

Tourisme médical en Inde: des Congolais victimes de leurs compatriotes (RFI)

malade inde_0Des milliers de malades africains se rendent tous les ans en Inde pour recevoir des soins inexistants dans leur pays. Mais les francophones, et surtout les Congolais de RDC, sont parfois victimes d’intermédiaires douteux qui leur extorquent de l’argent, mettant ainsi leur vie en péril.

Papy Bambi avait fondé tous ses espoirs sur ce voyage en Inde. En arrivant à New Delhi, il y a deux ans, ce jeune topographe de Kinshasa rêvait secrètement de marcher à nouveau. « Ou en tout cas de pouvoir avancer avec des béquilles », confie cet homme de 36 ans, devenu paraplégique suite à un grave accident de voiture. Mais ce rêve s’est brisé sur les ambitions sans scrupules de « frères » congolais qui ont profité de son état de faiblesse pour lui extorquer les économies de sa famille.

Il était pourtant venu en confiance : c’est un proche de son père qui lui avait conseillé de contacter l’hôpital Rockland, un établissement haut de gamme de New Delhi, pour traiter sa paralysie des jambes ainsi que les escarres nées après avoir été alité dans de mauvaises conditions à l’hôpital. Au Congo, aucun docteur ne semblait pouvoir lui venir en aide.

« A New Delhi, les responsables de l’hôpital sont venus nous chercher à l’aéroport, raconte Papy qui a été accompagné par sa mère Josée pendant tout ce calvaire. C’est alors qu’ils nous ont présenté le frère congolais. » Ce dernier, Alain, devait servir d’interprète au duo qui ne parle pas anglais. Dès son arrivée, Papy a dû débourser 7 000 dollars, une fortune qui ne couvre finalement que les opérations de soins de ses escarres. Celles-ci sont aujourd’hui résorbées mais ont laissé de profondes cicatrices dans le bas de son dos. Au bout de quinze mois à Rockland, Papy et Josée, à cours d’argent, sont envoyés à l’hôtel.

Des samaritains transformés en escrocs

« Tout passait par ce frère congolais, s’insurge Papy. C’est lui qui nous expliquait ce qui se passait, et c’est à lui que nous donnions l’argent. Mais lui, il augmentait les frais pour toucher de meilleures commissions. Et nous n’avons jamais vu les factures ! », lâche-t-il, les yeux écarquillés par un énervement contenu dans son corps paralysé et impuissant. Les mots sortent difficilement à cause des contractions qui le parcourent douloureusement et l’obligent à recroqueviller ses jambes vers la gauche, dans une position fœtale qui lui cisaille les muscles du dos.

Deux autres Congolais, Patrick Solo et Jacques, lui conseillent alors d’aller à l’hôpital Batra. Papy leur donne 3 000 dollars pour garantir une caution, mais quand il y arrive, les deux samaritains ont disparu. L’hôpital, lui, n’a reçu que 500 dollars.

« On a été escroqués, exploités par nos propres frères congolais, désespère Papy. Ils jouent avec notre vie. C’est vraiment un business pour eux ». Démuni, il échoue en février 2014, avec sa mère, dans une chambre aux murs décatis, située au premier étage d’une annexe de l’ambassade de RDC, de laquelle il ne sort pas pendant huit mois, faute de pouvoir descendre les escaliers.

« Business means business »

Le cas de Papy Bambi n’est malheureusement pas unique. « Plus de 50 cas similaires ont été rapportés depuis 2011, confirme Richie Lontulungu, le président de l’Association des Congolais en Inde. Ces agents touchent en général 20% du montant de la facture, avance-t-il. Ils ont donc tout intérêt à la faire gonfler. C’est un phénomène qui nous terrorise. » Surtout qu’il frappe également d’autres Africains francophones, tels que les Béninois.

Ces intermédiaires sont des étudiants, parfois engagés directement par les hôpitaux. Le luxueux Rockland Hospital reçoit ainsi 3 000 patients étrangers par an, dont 20% viennent de RDC. Le responsable du service international confirme engager de « jeunes Congolais » pour servir d’interprètes, mais assure qu’ « ils ne touchent jamais à l’argent ». Il refusera par contre de nous les faire rencontrer.

RFI a essayé de contacter deux des agents accusés par Papy : Jacques s’est dit méfiant à parler au téléphone, mais n’était jamais à New Delhi pour organiser une rencontre. Patrick Solo, quant à lui, a demandé « 20 dollars par minute pour une interview. [...] Business means business », a-t-il conclu, sentencieux, par SMS.

Un nombre croissant d’Africains

Le tourisme médical est en pleine croissance en Inde, qui bénéficie de docteurs de qualité, souvent formés à l’étranger, pour des coûts avantageux. Selon le ministère de la Santé, 138 803 étrangers se sont rendus dans ce pays asiatique en 2011 pour se faire soigner – dernier chiffre disponible qui devait croître d’environ 20% par an, selon plusieurs études. Un nombre grandissant d’Africains font le voyage, venant principalement du Nigeria, de Tanzanie, du Kenya ou de RDC. Ces derniers seraient quelques centaines chaque année.

« Pour la grande majorité d’entre eux, cela se passe bien », rassure François Balumuene, ambassadeur de RDC en Inde depuis dix ans. Il juge cependant avoir très peu de pouvoirs pour punir les intermédiaires crapuleux. « Quand une personne vient se plaindre, j’appelle ces jeunes gens pour les conseiller d’éviter d’alourdir le fardeau de ces patients », explique-t-il.

Ce commerce de malades prospère grâce au manque de règles d’éthique pour encadrer le tourisme médical en Inde. « Le rôle des intermédiaires n’est pas défini, ce qui permet ces abus. Il n’existe pas non plus de règles précisant comment un patient peut poursuivre un hôpital pour ces pratiques malveillantes », détaille Suchita Wagle, chercheuse à l’Institut indien de technologie de Bombay et auteure d’une étude sur le sujet, publiée en 2013. Au bout de deux ans d’un périple douloureux, Papi Bamby et sa mère ont fini par rentrer à Kinshasa à la mi-octobre, grâce à une aide exceptionnelle de leur ambassade.

Source: Radio France Internationale 

 

Séance de travail du 30/10/2014 sur le meurtre de notre défunt frère Yann Twende

#‎JusticePourYann‬ Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur François Balumuene a tenu cet après-midi une séance de travail avec l’avocat Parmal Singh, le Président Richie Lontulungu et le 2è Conseiller d’Ambassade Kasongo Musenga sur le procès de notre défunt frère Yann Twende. Un autre procès est attendu ce 17 Novembre 2014 votre soutien est attendu. Merci.-CCI. (c) AMBARDCNEWDELHI

— à Embassy of The Democratic Republic of Congo, New Delhi.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Liste des fausses universités en Inde. Les dernières mises à jour du Ministère de l’éducation.

Chers tous, il existe des tas d’universités opérant de manière illégale en Inde. Certaines parmi ces universités n’existent que de noms. Ne vous laisser pas emporter par la splendeur de leur sites internets. Veillez rétrouver au bas de ce message la liste des fausses universités en Inde par Etat. Cette dernière mise è jour date de Mai 2014.  Si jamais vous vous voyez approcher par quelqu’un opérant au nom de ces institutions, faite simplement recourt à la police ou écrivez-nous. Restez vigilant!

Bihar

  1. Maithili University/Vishwavidyalaya, Darbhanga, Bihar.

    Delhi

  2. Commercial University Ltd., Daryaganj, Delhi.
  3. United Nations University, Delhi.
  4. Vocational University, Delhi.
  5. ADR-Centric Juridical University, ADR House, 8J, Gopala Tower, 25 Rajendra Place, New Delhi – 110 008.
  6. Indian Institute of Science and Engineering, New Delhi.

    Karnataka

  7. Badaganvi Sarkar World Open University Education Society, Gokak, Belgaum, Karnataka.

    Kerala

  8. St. John’s University, Kishanattam, Kerala.

    Madhya Pradesh

  9. Kesarwani Vidyapith, Jabalpur, Madhya Pradesh.

    Maharashtra

  10. Raja Arabic University, Nagpur, Maharashtra.

    Tamil Nadu

  11. D.D.B. Sanskrit University, Putur, Trichi, Tamil Nadu.

    West Bengal

  12. Indian Institute of Alternative Medicine, Kolkatta.

    Uttar Pradesh

  13. Varanaseya Sanskrit Vishwavidyalaya, Varanasi (UP) Jagatpuri, Delhi.
  14. Mahila Gram Vidyapith/Vishwavidyalaya, (Women’s University) Prayag, Allahabad, Uttar Pradesh.
  15. Gandhi Hindi Vidyapith, Prayag, Allahabad, Uttar Pradesh.
  16. National University of Electro Complex Homeopathy, Kanpur, Uttar Pradesh.
  17. Netaji Subhash Chandra Bose University (Open University), Achaltal, Aligarh, Uttar Pradesh.
  18. Uttar Pradesh Vishwavidyalaya, Kosi Kalan, Mathura, Uttar Pradesh.
  19. Maharana Pratap Shiksha Niketan Vishwavidyalaya, Pratapgarh, Uttar Pradesh.
  20. Indraprastha Shiksha Parishad, Institutional Area,Khoda,Makanpur,Noida Phase-II, Uttar Pradesh.
  21. Gurukul Vishwavidyala, Vridanvan, Uttar Pradesh.

Source: www.ugc.ac.in      22-ugc  t-shirt-cci-verso

 

Reunion de la communauté du 11 octobre 2014 au Punjab sous la présidence du Président Richie Lontulungu

#LeGénieCongolais 11 Octobre 2014, Jalandhar (PUNJAB). Nous sommes allés à la rencontre d’un génie. Après la création des robots routiers en République Démocratique du Congo, un autre fils digne revient avec une intelligence supérieure. Des robots capables de surveiller nos frontières. Son nom, Keyta Betofe Eagle, étudiant à Lovely Professional University (LPU). Retrouvez-le cette ce mois sur Mirador TV et RFI. Si vous êtes en mesure d’apporter du soutien à son travail, votre coup de main est attendu. De gauche à droite: Keyta Betofe (G), Blaise Kanika, Mirador TV (D). CCI

Des drones MADE IN CONGO pour très bientot. #KEYTA BETOFE

#LeGénieCongolais 11 Octobre 2014, Jalandhar (PUNJAB). Nous sommes allés à la rencontre d’un génie. Après la création des robots routiers en République Démocratique du Congo, un autre fils digne revient avec une intelligence supérieure. Des robots capables de surveiller nos frontières. Son nom, Keyta Betofe Eagle, étudiant à Lovely Professional University (LPU). Retrouvez-le cette ce mois sur Mirador TV et RFI. Si vous êtes en mesure d’apporter du soutien à son travail, votre coup de main est attendu. De gauche à droite: Keyta Betofe (G), Blaise Kanika, Mirador TV (D). CCI

1939925_822046737846999_8810095169885644005_n

LA PAIX N’A PAS DE PRIX

La musique elle consiste aussi à véhiculer un message de conscientisation de la masse. Notre communauté reste engagnée dans ce combat. Nous vous partageons à nouveau la chanson ‘LA PAIX N’A DE PRIX’ produite par la CCI et publiée officiellement en janvier 2014. Si vous désirez participer dans la réalisation de la nouvelle chanson patriotique qui se prépare, vous êtes à Delhi ou ailleurs, nous vous prions de contacter l’artiste Guyv Betofe au +91 9781395960 -CCI

Le Président fait le point sur les incidents du 24 Septembre 2014 à Malviya Nagar. Suivez la vraie version des faits. SUIVEZ/AIMEZ/PARTAGEZ

Tout ça doit changer!!! La CCI ne laissera aucun enfant de la République de côté, mais ne permettra aussi à aucun de dérivé. Non à l’escroquerie des malades. Non à la majoration des factures. Vous êtes en RDC, vous suivez cet élément, prenez conscience de tout ça.Tchendje Productions

Ebola Haemorraghic fever: Who’s next? What next? Is India safer enough? (OUTLOOK AFRICA)